Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Plume de Merle

Ca fait des semaines, des mois, des années que j'en crève Ca y est je me lâche, j'y fonce droit et je cède ; Et même si personne n'apprécie, Et même si ce que j'écris est pourri, Je me lance pour de bon, Plus peur des remarques et des affronts ; Je tremble un peu certes De m'jeter dans cette gueule grande ouverte, Mais je suis tellement embêtée De devoir trouver un nouveau cliché De ma face illuminer d'un sourire Comme prétexte pour publier ce qui m'fait guérir ; Je m'enchante de donner vie à ce blog Qui me hante comme une envie de drogue, Mes poèmes et chansons sont ici pour vous Dégustez, recrachez ou gardez-en un bout ; Comme on dit par coutume, je vous laisse quartier libre Je retourne à ma plume, reprendre mon équilibre ; Enfin quand les mots sous la mine déferlent C'est sous le pseudo - acronyme : Merle.

#Je Suis Charlie

Publié le 8 Janvier 2015 par Merle in société, colère

#Je Suis Charlie

Je n'ai pas peur des représailles. Je n'ai pas de gosses, pas de femme, pas de voiture, pas de crédit. Ça fait sûrement un peu pompeux, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux.

Charb

Des hommes, des armes

Des morts, des larmes

Hier en quelques minutes

La France a poursuivit sa chute

 

Quand la nouvelle est tombée

Le temps soudain s'est arrêté

Car de grands héros du rire

On vu leurs idées les faire périr

 

Ce ne sont pas seulement des hommes

Qui du bout de leur critérium

Criaient au monde ses imperfections

Ils étaient la liberté d'expression

 

Vous avez voulu la tuer ?

Mais vous ne l'aurez jamais !

Vous voulez nous soumettre ?

Vous avez jetez une allumette

 

La flamme endormie s'est rallumée

Nos cœurs endoloris ont tous hurlé

D'horreur devant cette barbarie

Nos pleurs se révoltant contre cette folie

 

 La haine, nous on la refuse

L'espoir en nous s'infuse

Demain est un autre jour

Où le dessin ne sera qu'humour

 

Aujourd'hui, la Nation est en deuil

Comme trahie à cause d'un crayon et d'une feuille

Des dessins aux propos maladroits

Les ont tués, n'avaient-ils pas le droit ?

 

C'est maintenant que je lève mon stylo

En abattant comme un glaive tous ces mots

Sans le vouloir ils nous ont unis

Et ce soir, nous sommes tous Charlie.

 

Janvier 2015 

Commenter cet article

Merle 14/01/2015 13:44

Merci beaucoup ! :)

Nico 09/01/2015 14:18

J'aime

catherine 09/01/2015 09:11

Tres beau, très touchant...