Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Plume de Merle

Ca fait des semaines, des mois, des années que j'en crève Ca y est je me lâche, j'y fonce droit et je cède ; Et même si personne n'apprécie, Et même si ce que j'écris est pourri, Je me lance pour de bon, Plus peur des remarques et des affronts ; Je tremble un peu certes De m'jeter dans cette gueule grande ouverte, Mais je suis tellement embêtée De devoir trouver un nouveau cliché De ma face illuminer d'un sourire Comme prétexte pour publier ce qui m'fait guérir ; Je m'enchante de donner vie à ce blog Qui me hante comme une envie de drogue, Mes poèmes et chansons sont ici pour vous Dégustez, recrachez ou gardez-en un bout ; Comme on dit par coutume, je vous laisse quartier libre Je retourne à ma plume, reprendre mon équilibre ; Enfin quand les mots sous la mine déferlent C'est sous le pseudo - acronyme : Merle.

Six petits nègres

Publié le 11 Juillet 2015 par Merle in amitié, temps

Six petits nègres

Voici une inspiration libre du poème "Ten little nigers" (repris par Agatha Christie dans le très célèbre et divinement prenant "Dix petits nègres").

Ici mes petits nègres ne meurent pas mais disparaissent du "pacte d'amitié" forgé à leur rencontre, une démonstration de l'amitié qui passe avec le temps mais surtout de l'exclusion (volontaire ou non) d'une ou plusieurs personnes par l'effet de groupe.

On compte ses vrais amis sur les doigts de la main.

Antoine Houdard de la Motte

Six petits nègres très jeunes se rencontrèrent

Mais certains furent langues de vipères

Il n'en resta plus que cinq

 

Cinq petits nègres scellèrent leur amitié

Mais l'un ne cessait de parler

Il n'en resta plus que quatre

 

Quatre petits nègres partaient en délires

L'un fut surpris à pousser un soupir

Il n'en resta plus que trois

 

Trois petits nègres étaient inséparables

L'un en son cœur n'était pas vraiment stable

Il n'en resta plus que deux

 

Deux petits nègres était comme les doigts d'une main

L'un pleurant sur le temps qui passe comme un rien

Il n'en resta plus qu'un

 

Un petit nègre se trouva esseulé

A ses amis partis, il courut téléphoner

Il n'en restait plus aucun. 

Mai 2015

Commenter cet article