Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Plume de Merle

Ca fait des semaines, des mois, des années que j'en crève Ca y est je me lâche, j'y fonce droit et je cède ; Et même si personne n'apprécie, Et même si ce que j'écris est pourri, Je me lance pour de bon, Plus peur des remarques et des affronts ; Je tremble un peu certes De m'jeter dans cette gueule grande ouverte, Mais je suis tellement embêtée De devoir trouver un nouveau cliché De ma face illuminer d'un sourire Comme prétexte pour publier ce qui m'fait guérir ; Je m'enchante de donner vie à ce blog Qui me hante comme une envie de drogue, Mes poèmes et chansons sont ici pour vous Dégustez, recrachez ou gardez-en un bout ; Comme on dit par coutume, je vous laisse quartier libre Je retourne à ma plume, reprendre mon équilibre ; Enfin quand les mots sous la mine déferlent C'est sous le pseudo - acronyme : Merle.

Dame inquiétude

Publié le 18 Février 2016 par Merle in amour, interrogation, secrets, inquiétude

Dame inquiétude

“Inquiétude : pensée égoïste qui consiste à espérer ne pas avoir mal.”

Marie Lenne

J'ai retrouvé cette petite dame

Qu'on surnomme inquiétude

Qui depuis chaque jour me blâme

Dès que s'approche ma solitude

 

Elle s'était cachée dans un tiroir

Celui des angoisses de rentrées

Elle est venue me revoir

Quand un sentiment trouble s'est installé

 

J'ai eu peine à reconnaître ce dernier

Car ses manifestations avaient été furtives

Mais maintenant, je n'peux plus en douter

Peine de cœur est fort éducative

 

On pourrait croire à un malheur

Qui nous tiraille et nous harcèle

Mais c'est un comble de bonheur

Qui fascine et ensorcèle

 

A un instant notre sourire s'illumine

De voir que cet autre

Sur le même sentier chemine

Et l'on trébuche et se vautre

 

On doute constamment

Dame inquiétude s'en réjouit

Et on aime éperdument

Avec honte, joie et hérésie

 

Alors voilà, le retour mièvreux

De sentiments camouflés

Mais pas moins fiévreux

D'une passion qu'on voudrait étouffer

 

J'essaye de m'y soustraire

En paradant avec fierté

Mais je ne m'y amuse guère

Rêvant d'une autre étreinte volée

 

Le cœur a ses raisons

Que la raison ignore

Mon cœur prie des passions

Et ma raison, mes torts

 

Elle crie vainement

D'être réaliste

Dame inquiétude l'encourageant

Rendant mon cœur triste

 

A quoi bon s'étaler

Rangeons peines et amour

Comme la lady l'était

Dans un tiroir de velours

 

11 janvier 2016

Commenter cet article