Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Plume de Merle

Ca fait des semaines, des mois, des années que j'en crève Ca y est je me lâche, j'y fonce droit et je cède ; Et même si personne n'apprécie, Et même si ce que j'écris est pourri, Je me lance pour de bon, Plus peur des remarques et des affronts ; Je tremble un peu certes De m'jeter dans cette gueule grande ouverte, Mais je suis tellement embêtée De devoir trouver un nouveau cliché De ma face illuminer d'un sourire Comme prétexte pour publier ce qui m'fait guérir ; Je m'enchante de donner vie à ce blog Qui me hante comme une envie de drogue, Mes poèmes et chansons sont ici pour vous Dégustez, recrachez ou gardez-en un bout ; Comme on dit par coutume, je vous laisse quartier libre Je retourne à ma plume, reprendre mon équilibre ; Enfin quand les mots sous la mine déferlent C'est sous le pseudo - acronyme : Merle.

Amanite Phalloïde

Publié le 18 Octobre 2016 par Merle in amour, avenir, colère, souffrance, secrets, maladie, trahison

Amanite Phalloïde

C'est de la confiance que naît la trahison.

Proverbe arabe

La trahison est une moisissure verte et douce, comme le duvet : elle ronge en silence et par l'intérieur.

Francis Blanche

Tu es entré dans mon esprit,

T’es incrusté, m’a envahi.

Jamais je n’aurais dû,

Jamais je n’aurais cru…

 

Tu es comme une Amanite phalloïde :

Sous tes grands airs placides

Tu caches ta malice sordide.

Tu es comme une amanite phalloïde :

Sous ton regard je me vide,

Ta voix me tord le bide.

Amanite phalloïde :

C’est comme tomber dans le vide

Sous les supplices de tes salades acides.

 

Il suffit de te regarder

Pour se retrouver empoisonnée.

Tu m’as séduit,

Tu m’as détruit.

Tu es si beau à voir,

Ton sourire rend hagard

Mais ton venin à double tranchant

A vite fait le tour de mon sang.

 

Tu es comme une amanite phalloïde :

Sous tes grands airs placides

Tu caches ta malice sordide.

Tu es comme une amanite phalloïde :

Sous ton regard je me vide,

Ta voix me tord le bide.

Amanite phalloïde :

C’est comme tomber dans le vide

Sous les supplices de tes salades acides.

 

De ta veste rouge à pois blanc,

Je n’ai que le souvenir cuisant

D’un matin au réveil amer

Où j’ai compris toute ma misère.

Après des mois de séduction,

Nous sommes passés à l’action :

J’étais tellement sous ton charme,

Que je n’me suis pas méfier de ton arme

Mais ton seul désir à toi

Etait de me refiler le sida.

 

Tu es comme une amanite phalloïde :

Sous tes grands airs placides

Tu caches ta malice sordide.

Tu es comme une amanite phalloïde :

Et tes pulsions morbides

Collectionnent les victimes candides.

Amanite phalloïde :

Ton paraître si splendide

Camoufle un être perfide.

Amanite phalloïde :

Ma vie n’est qu’un petit polaroïd

Dans lequel tu as imprimé le vide.

 

Blessée par celle qui t'as transmis

Ce virus qui ronge la vie :

Elle aussi s'était tût

Mais aujourd'hui c'est toi qui tue.

J'aurais compris, je t'aurais aidé

Si ta douleur ne t'avait insufflé

Ce besoin de vengeance, cette plaie

Dont maintenant je fais les frais

Vous tous, écoutez vos mères

Lorsqu'elles vous disent "sortez couverts".

17 octobre 2016

Commenter cet article